Exposition

Piano mécanique, phonographe, poste TSF et bigophone. Ou la petite histoire de la musique populaire à Cap d’Ail.

Avant le développement à grande échelle de l’automobile, les populations laborieuses de Cap d’Ail s’octroient des temps festifs les jours chômés et quelques pauses exutoires aux heures creuses. Les hommes jouent aux cartes aux terrasses des cafés, le long de la Nationale, on danse dans des cabarets de fortune, on pêche sur le sentier littoral, on joue aux boules, on organise des tournois de dominos, mais surtout, on joue de la musique !

La mandoline est l’instrument roi, la voix aussi. On chante, on siffle, on fredonne, les airs d’opéras populaires, des ritournelles, des comptines pour enfants. A Saint-Antoine la vendeuse du petit kiosque à journaux interpelle les passants en hélant les grands titres imprimés. Le chant accompagne tous les instants de la vie, il rythme le pas des distances parcourues à pieds des quartiers de Saint Antoine à celui de La Mala, de Costa Plana aux Salines, il anime les ateliers d’usine, il donne la cadence sur les chantiers, il scande le pas des bataillons militaires et celui des cortèges funèbres.

piano mec

Video

video